منتديات جواهر ستار التعليمية
أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم ، في منتديات جواهر ستار التعليميه
المرجو منك أن تقوم بتسجـيل الدخول لتقوم بالمشاركة معنا. إن لم يكن لـديك حساب بعـد ، نتشرف بدعوتك لإنشائه بالتسجيل لديـنا . سنكون سعـداء جدا بانضمامك الي اسرة المنتدى

مع تحيات الإدارة



أهلا وسهلا بك إلى منتديات جواهر ستار التعليمية.
أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بزيارة صفحة التعليمـــات، بالضغط هنا.كما يشرفنا أن تقوم بالتسجيل بالضغط هنا إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.

الرئيسيةستارس .و .جالتسجيلدخول
تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية
تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Digg  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Delicious  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Reddit  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Stumbleupon  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Slashdot  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Furl  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Yahoo  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Google  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Blinklist  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Blogmarks  تسجيل صفحاتك المفضلة في مواقع خارجية Technorati  

قم بحفض و مشاطرة الرابط .•:*¨`*:• منتديات جواهر ستار التعليمية•:*¨`*:•. على موقع حفض الصفحات

قم بحفض و مشاطرة الرابط منتديات جواهر ستار التعليمية على موقع حفض الصفحات
!~ آخـر 10 مواضيع ~!
شارك اصدقائك شارك اصدقائك شرح قصيدة لوحة الزمن
شارك اصدقائك شارك اصدقائك بحث كامل حول المحل التجاري في القانون الجزائري
شارك اصدقائك شارك اصدقائك الرقابة القضائية علي ممارسة السلطة التأديبية
شارك اصدقائك شارك اصدقائك إجراءات نزع الملكية للمنفعة العمومية
شارك اصدقائك شارك اصدقائك التعليق على نص المادة 60 من القانون المدني الجزائري
شارك اصدقائك شارك اصدقائك شرح مبسط عن طريقة استخدام المبرمجة sofi sp8 B
شارك اصدقائك شارك اصدقائك نبذة عن مكتبة الاسكندرية
شارك اصدقائك شارك اصدقائك أهم معابر الحضارة الإسلامية إلى أوروبا:
شارك اصدقائك شارك اصدقائك ][منتديات جواهر ستار][
شارك اصدقائك شارك اصدقائك :هل الإدراك يخضع لعوامل ذاتية أم موضوعية ؟
شارك اصدقائك شارك اصدقائك تحضير نص هل تغني الانترنيت عن المكتبة للسنة الثالثة 3 متوسط
شارك اصدقائك شارك اصدقائك تطور فنون النثر فى العصر الحديث:
شارك اصدقائك شارك اصدقائك حضيرات جميع دروس اللغة العربية للسنة الرابعة متوسط - المحور : دور الإعلام في المجتمع
شارك اصدقائك شارك اصدقائك تحضير نص الشعب الصيني للسنة الرابعة متوسط
شارك اصدقائك شارك اصدقائك موضوع العلوم الفيزيائية شهادة التعليم المتوسط 2015
اليوم في 8:45:54
أمس في 22:28:49
أمس في 22:28:15
أمس في 22:27:38
أمس في 22:27:09
أمس في 22:23:26
أمس في 22:18:01
أمس في 22:17:37
أمس في 22:17:12
أمس في 22:11:50
أمس في 22:11:23
أمس في 22:10:23
أمس في 22:03:31
أمس في 22:02:32
أمس في 22:01:54
إضغط عليشارك اصدقائكاوشارك اصدقائك لمشاركة اصدقائك!



منتديات جواهر ستار التعليمية :: منتدى التعليم الثانوي :: منتدى السنة الأولى ثانوي 1AS

شاطر

الأحد 21 سبتمبر - 21:55:35
المشاركة رقم:
كبار الشخصيات
كبار الشخصيات


إحصائيةالعضو

عدد المساهمات : 253
تاريخ التسجيل : 20/09/2014
مُساهمةموضوع: F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


L’organisation de l’enseignement du français
en première année secondaire,
sciences et technologie
L’enseignement est distribué sur trois grands projets, dont la fi nalité
est la réalisation de deux monographies, (pour le premier et le second
trimestre) et d’un recueil de nouvelles (pour le troisième trimestre).
Les monographies et le recueil de nouvelles constituent le cadre dans
lequel vont s’intégrer les objets d’étude et les thématiques retenues par le
programme.
Pour développer chez l’élève des stratégies de lecture (bien lire, lire
mieux, lire différemment), le livre propose des textes longs qui servent de
textes inducteurs, des textes courts à exploiter systématiquement du point
de vue du sens et de la signifi cation, du point de vue du fonctionnement
textuel et des points de langue dominants.
Les élèves apprendront également à travailler sur des groupements
de textes en vue de dégager des thématiques ou des problématiques
communes.
Le livre offre, parallèlement, à l’élève l’occasion d’interpréter des
messages non verbalisés pour retirer l’information qui y est contenue
(image, schémas, graphiques...), information redondante ou non par
rapport au texte support.
Les pages «point de langue» sont constituées autour d’un minimum :
il appartient au professeur de les développer en fonction de la demande
des élèves.
Le guide du professeur, constitué principalement de fi ches pré
pédagogiques, ne prétend pas se substituer à la préparation particulière
que doit réaliser le professeur dans sa classe, ni à sa propre lecture, ni
à sa propre interprétation des textes ; il propose des pistes d’analyse
pour adhérer au mieux à l’esprit des programmes, et aux orientations
pédagogiques qui recommandent l’approche par les compétences
(compétences de lecture, compétences d’expression, compétences d’auto-
évaluation et d’auto- correction mobilisables dans des situations ayant
un sens pour l’élève), et à la mise en œuvre par le projet pédagogique de
nature disciplinaire ou transdisciplinaire.
Le livre offre des projets pédagogiques développés mettant en relation
les objets d’études et les thématiques tels qu’ils apparaissent dans les
matrices des programmes ; ils sont à discuter avec les élèves avec les
élèves pour obtenir leur adhésion. Si les sujets proposés ne suscitent pas
d’intérêt, il revient à la classe élèves-professeur de choisir d’autres sujets
en relation, toutefois, avec les objets d’études et les thématiques retenues
par le livre.
-
4
-
1- Réalisation d’une monographie d’une ville
objet d’étude :
thèmes :
l’interview la ville,
les activités et les métiers
2- Dossier documentaire sur l’histoire des transports
objet d’étude :
thèmes :
la lettre le transport,
le tourisme et les loisirs
3- Réalisation d’un recueil de nouvelles
objets d’étude :
thèmes :
le fait divers la vulgarisation scientifi
que,
la nouvelle thèmes divers
Exploitation des textes
L’exploitation se fera selon une démarche inductive qui implique
l’élève à toutes les étapes de l’étude : les textes sont accompagnés d’un
questionnaire — guide qui lui permet de préparer la lecture à la maison.
Démarche :
1
- Le projet monographique ou les séquences qui le constituent (en
général trois par projet correspondant à l’objet d’étude et aux thèmes
retenus) sont précédés d’un texte inducteur :
— nouvelle pour le projet,
— texte ou groupement de textes pour les séquences.
2
- Le texte inducteur est repris pour une étude plus approfondie ;
on pourra lui préférer un autre texte d’étude en fonction de l’intérêt
manifesté par les élèves.
3
- Une phase d’extension et d’enrichissement clôt la séquence :
un nombre de textes supérieurs aux besoins est proposé. Ici aussi, le
professeur fera les choix les plus pertinents du point de vue de l’intérêt
manifesté par la classe.
Le traitement de ces textes se fera selon les formes habituelles :
lecture expliquée, explication de texte ou commentaire de texte (ce sont
des textes qui devraient susciter plutôt la réfl exion, une recherche de
la
signifi cation
au-delà de la recherche du sens du contenu).
Le projet global se décrit ainsi :
-
5
-
L’évaluation
Des fi ches d’évaluation sont proposées dans le livre soit sous la forme
d’items d’auto-évaluation, soit sous la forme de productions longues.
Chaque fois qu’il est possible, il faut habituer l’élève à faire son auto-
évaluation :
— auto-évaluation des résultats,
— auto-évaluation du niveau des apprentissages,
— auto-évaluation des processus de production,
— etc.
• L’auto-évaluation des résultats est relativement facile à réaliser. Il
suffi t pour l’élève de comparer sa production à un corrigé-type ou à un
corrigé moyen élaboré par toute la classe et de « mesurer » les écarts ;
• l’auto-évaluation des apprentissages s’inscrit dans une perspective
de co-évaluation (l’élève «mesurera» la qualité de son auto-évaluation à
l’évaluation du professeur : une discussion pourra s’engager à ce sujet) ;
• l’auto-évaluation des processus, nécessaire à une véritable
autocorrection, prend appui sur des activités métacognitives : la question
«comment as-tu fait ?» devra se préciser par une véritable recherche des
stratégies ; des raisonnements utilisés par l’élève, et des connaissances
qu’il a mobilisées pour résoudre un problème. Le professeur tirera de
ce questionnaire les enseignements qui lui permettront d’intervenir, de
manière individualisée, auprès des élèves les plus faibles, d’une part, et
de mieux défi nir ses procédures de remédiation, d’autre part.
-
6
-
Evaluation du manuel
Cette première version devra être améliorée. Dans cette perspective,
les professeurs voudront bien noter leurs observations sur les points
suivants :
1
- conformité avec les options pédagogiques proclamées par le
programme offi ciel :
— apprentissage fondé sur une approche par les compétences ;
— apprentissage fondé sur une démarche socioconstructiviste
(centration sur l’activité de l’élève, et sur l’activité de groupe qui
favorise l’interaction entre élèves) ;
— mise en œuvre par le projet pédagogique qui engage l’élève dans
une démarche de résolution de problème.
2
- Conformité avec l’orientation du programme de la fi lière et de ses
spécifi cités scientifi ques et technologiques.
3
- Intérêt suscité par les thématiques et les textes retenus.
4
- Diffi cultés liées aux textes et à la progression (longueur des textes,
complexité lexicales....)
La diffi culté ne sera pas évaluée à priori, mais a-postériori après la
médiation mise en place par le professeur qui estimera les niveaux de
compréhension atteints pour les textes étudiés.
-
7
-
Projet n° 1
Réalisation d’une monographie par la classe entière, ou de deux ou
trois monographies par de petits groupes (monographie du quartier, de
la ville ou du village).
— Objectif lointain : en 2
e
et 3
e
années secondaires, les élèves auront à
réaliser des monographies à caractère scientifi que.
— Intérêt didactique : le projet permettra de développer des activités
interactives.
— la monographie constituera une situation-problème complexe
ayant du sens pour les élèves, et permettra de mettre en œuvre les
objets d’étude du programme.
Déroulement du projet
1
- Mise en place du projet et du contrat didactique.
1
.1- Lecture inductrice : «Mon village» de M. FERAOUN (Jours de
Kabylie).
1
.2- Négociation avec les élèves :
— pour défi nir la démarche,
— pour organiser les groupes,
— pour fi xer un calendrier des travaux.
2
- Réalisation des travaux.
— Constitution d’une documentation.
— Recueil d’informations.
— Mise en forme de la monographie.
3
- Communications orales et écrites
Validation des travaux en tant que documentation de la classe.
-
8
-
Thèmes possibles à traiter dans la monographie :
— L’histoire (l’ancien nom, le nouveau nom, la justifi cation éventuelle
du toponyme),
— la situation géographique, les villes ou les villages voisins, l’accès
(réalisation d’une carte de la région),
— le développement sur le plan urbanistique ; l’évolution du chiffre de
population,
— les activités,
— les événements importants ou anecdotiques recueillis auprès des
personnes âgées.
D’autres thèmes peuvent être suggérés par les élèves.
Intégration des objets d’étude, des notions et des techniques :
La monographie engendrera nécessairement des activités mettant en
oeuvre :
— les objets d’étude (interviews, lettres pour recueillir des informations
sur le quartier, la ville ou le village...)
— les techniques (recherche et traitement de la documentation avec
prise de notes, reformulation, résumés...)
— les modes d’expres​sion(puisqu’il s’agira de communiquer oralement
et par écrit les produits des travaux...)
-
9
-
Etude du texte inducteur : «Mon village»,
Mouloud FERAOUN.
Indications pour le professeur :
1- Le sujet :
Dans «Jours de Kabylie», Mouloud Feraoun évoque sa Kabylie natale,
ses paysages, ses traditions et ses rituels, avec une sensibilité et une
tendresse amusées qui témoignent d’un profond attachement, mais qui
n’empêchent pas un regard lucide.
«Mon village», qui constitue le premier texte de ce recueil, est un récit
qui se déroule à la manière d’un conte : Feraoun simule une conversation
entre le village doué de parole et de sentiments, et le narrateur et émigré
à qui il reproche de revenir avec un regard différent.
2- L’interêt humain :
Ce récit peut être transposé à beaucoup de villages qui alimentaient
l’émigration après la deuxième guerre mondiale.
Le départ, ressenti comme un exil n’est jamais défi nitif : on revient au
village, au quartier pour y retrouver ses racines.
3- L’exploitation :
Le texte n’est pas très long. Il peut être traité en un seul trait comme
texte inducteur du projet. Toutefois des parties y sont aménagées pour
être exploitées sous la forme de lectures suivies et dirigées.
-
10
-
La ville : défi nitions du dictionnaire.
1- L’évolution d’une défi nition :
• Retrouver dans la première défi nition les trois caractéristiques de la
ville (assemblage d’habitations, disposition par rues, limitation par
une enceinte : ce sont là des caractéristiques physiques).
• Les caractéristiques sont-elles reprises dans la seconde défi nition ?
(Réunion organique de constructions, notamment d’habitations).
• Entre 1933 et 1977, quelle conception importante est ajoutée à la
défi nition de la ville ? (La ville est considérée comme
un milieu
social
— La défi nition évoque également des
fonctions sociales
,
En plus des caractéristiques physiques la défi nition introduit des
caractéristiques liées aux activités humaines).
2- Deux villes opposées :
• La troisième défi nition oppose deux villes : lesquelles (ville arabe et
ville européenne).
• Quel autre nom est donné à la ville arabe ? (Ville indigène -chercher
ce mot dans le dictionnaire).
• De quand date l’opposition ville arabe / ville indigène ?1830 sous la
colonisation).
• Retrouver le champ lexical de «ville arabe» (Casbah, citadelle,
casbah d’Alger, ville indigène, médina).
3- Expres​sion(dans le cadre de la monographie)
:
Dans votre ville, la distinction entre la ville arabe et l’ancienne ville
européenne est-elle encore visible ?
Quels traits les distinguent ? : L’architecture ? Les activités
commerciales ? (Le Ksar, dans certaines régions du pays).
-
11
-
La structure de la ville arabe
1- La structure de la ville :
détermine la géographie
des activités.
• Trait fondamental qui la caractérise ? (Séparation des fonctions
économiques et des fonctions résidentielles).
• Combien de types d’activités ? activités économiques et activités
résidentielles).
• Où se rassemblent les activités économiques ? (autour du « souk»)
• Qu’est-ce qui caractérise l’activité économique ? (forte spécialisation
par métier et par zone géographique).
2-
La structure de la ville :
une réparation radio-concentrique
(travail d’élèves)
• Demander de faire le schéma (une zone centrale : le souk - des rues
qui partent de ce centre comme les rayons d’un cercle - d’autres rues
situées sur des cercles concentriques)
• Situer sur ce schéma les activités principales (- les nommer - pourquoi
sont-elles principales ?), et les activités secondaires (pourquoi
secondaires ?) Comment sont-elles réparties ?
— activités principales : produits précieux pour le commerce
international ;
— activités secondaires moins spécialisées et moins lucratives ;
— répartition en ordre d’importance décroissante.
3- Point de langue
— Relever le vocabulaire qui décrit l’organisation géométrique de
la ville arabe traditionnelle (centre - périphérie - zone centrale -
structure radioconcentrique - proximité/distance).
4- Expression
La ville, le village que vous habitez, est-il construit selon la même
géométrie ?
-
12
-
Deux vues d’Alger Séquence
1- Situer les descriptions :
• Les auteurs ? L.Galibert, l’Algérie ancienne et moderne...,
Th. Gautier, Voyage pittoresque en Algérie).
• L’époque ? (1844 et 1845 soit une quinzaine d’années après la prise
d’Alger en 1830. La ville européenne n’existe pas encore).
• Des écrivains du début de la colonisation ? (Alphonse
Daudet, «Tartarin de Tarascon», écrit partiellement dans les
environs d’Alger, Eugène Fromentin, «Un été au Sahara» (1857),
peinture de Delacroix...)
2- Deux descriptions : un même point de vue
• La même impression d’ensemble exprimée par deux mots. Lesquels ?
(dédale, labyrinthe).
• Relever les expressions qui décrivent les rues dans le texte1, puis
dans le texte 2.
• Comparer les deux relevés. Quel est le point commun ? (Leur
étroitesse, leur enchevêtrement).
• Le texte 2 porte un jugement : lequel ? (Jugement sur les architectes
maures qui ne se préoccupent pas de la régularité).
• Texte 2 : A quoi sont comparées les constructions ? (Aux stalactites
et aux stalagmites d’une grotte- Chercher le sens de ces deux mots).
3- Points de langue
• Quels pronoms manifestent la présence du narrateur descripteur ?
(1
er
texte :
er
texte :
er
on
fi nit ; 2
e
texte :
nous
retrouver).
• A partir des deux textes constituer le champ lexical de la rue.
4- Expression :
Commentaire d’une gravure. Alger, la darse de l’Amirauté.
-
13
-
Regroupement de textes
Article de «El Watan» Caricature de Maz -Texte de R. Ikor.
1- Un thème commun : l’urbanisme
— Chercher dans le dictionnaire la défi nition du mot.
— Quelles informations statistiques apporte le premier texte ?
(Sous-titre).
— Quel projet y est envisagé ? (Création de 28 villes, dont 4
métropoles).
— Quelle politique d’urbanisation poursuivent les pouvoirs publics ?
(Gestion de l’espace, et promotion d’une véritable démocratie de
proximité.)
2- Une menace sur les campagnes
— Texte 1 : quelles insuffi sances sont signalées en matière
d’urbanisation ? (Une croissance urbaine non contrôlée,
inadéquation - «anachronisme»- des moyens mis en œuvre).
— Quel danger est signalé dans la caricature de Maz et dans le texte3 ?
(L’urbanisation des campagnes).
— Comment ce danger est-il exprimé dans la caricature et dans le
texte ? (Maz : «en construisant des villes dans les campagnes» -
Ikor : «la campagne engloutie par la ville»).
3- Expression orale
Engager une discussion sur ce thème (les élèves font part de ce qu’ils
observent dans leur village ; les amener à porter un jugement (préserver
la campagne - argument écologiste - ou offrir des logements à tout le
monde ?)
-
14
-
La campagne engloutie par la ville
1- Une progression irrésistible de la ville
— Phrase du texte qui exprime le mieux (elle avance, elle pousse, elle
gagne...).
— Relever les étapes de cette
progression
(dégradation de la nature -
«les forêts ne sont plus que des parcs»-, tracés de route jaillissant
en
étoile
de la ville - pour mieux accaparer l’espace-, construction de
maisons le long des routes - invasion par les voitures, prolifération
de tout - maison, village ,hameaux...).
— Le point culminant de l’urbanisation : relever le phénomène qui
l’exprime le mieux (gares, puis métro).
— Relever deux expressions, à la fi n du texte, qui exprime la même
idée du titre « engloutie » (
inondation
pierreuse, submerger ; dans
le 1
er
paragraphe :
er
paragraphe :
er
fl ot
d’acier des voitures).
2- En sens inverse, une régression de la campagne
Relever les expressions qui le montrent (champs raréfi és, rétrécis,
réduits en tranches de jardins parallèles).
La mort de la campagne : relever le terme qui l’exprime (agonisent).
3- Une langue imagée qui frappe les esprits
Relever quelques comparaisons et métaphores fortes (Les forêts ne
sont plus que des parcs, jaillir en rayons d’étoile, carapace de maisons,
fl ots d’acier des voitures, chaque hameau bourgeonne, inondation
pierreuse...).
4- Expression orale
L’auteur porte un jugement sur ce phénomène. Lequel, à votre avis ?
Ce jugement n’est-il pas implicite dans la caricature de Maz ?




توقيع : RONALDO





الأحد 21 سبتمبر - 21:57:00
المشاركة رقم:
كبار الشخصيات
كبار الشخصيات


إحصائيةالعضو

عدد المساهمات : 253
تاريخ التسجيل : 20/09/2014
مُساهمةموضوع: رد: F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


-
16
-
Entretien avec R.Mimouni - L’Autre ville
1- Paris, une ville familière
— A quel âge Mimouni découvre-t-il Paris ? (À 20 ans).
— Une première impression étrange : pourquoi ? (Impression de
familiarité, l’impression qu’il connaissait déjà la ville).
— D’où vient cette impression de « forte familiarité » (la lecture des
auteurs qui parlaient de Paris).
— Quel est le roman de V. Hugo dont la lecture permet à Mimouni de
reconnaître la cathédrale de Notre Dame ? commenter la réponse.
(Notre Dame de Paris adaptée à l’écran, personnage célèbre,
Quasimodo...).
• Un autre roman de V.Hugo ayant pour espace Paris ?
(Les misérables avec en particulier le personnage de Cosette).
— Quel autre auteur est rattaché à Paris ? (Anatole France et le Jardin
du Luxembourg).
2- Au delà de cette première impression de familiarité...
— Qu’est-ce qui a particulièrement impressionné Mimouni ?
(L’abondance de l’eau). Quelle phrase l’exprime particulièrement ?
(Aussi cette
profusion
d’eau a-t-elle été source d’étonnement).
— «Nos villes sont très riches» : une exception pourtant, laquelle ?
(Dans les très vieilles maisons arabes, il y a traditionnellement un jet
d’eau dans la cour).
3- Une 3
e
impression
— Laquelle ?
— Pourquoi la ville de Paris parait-elle le symbole de la modernité ?
(Fer et acier
omniprésent
(Fer et acier
omniprésent
(Fer et acier
. Signifi cation de ce terme ?)
4- Expression
Quelle ville algérienne ou étrangère vous a particulièrement
impressionné (es) ? Pour quelles raisons?
-
17
-
Hong-Kong
1- Hong-Kong : une allégorie, un symbole
— A quoi est comparée la ville ? Justifi er (à un dragon : 1
er
§ : Hong-
er
§ :
Hong-
er
Kong est le dragon ; dernier § : et le dragon ondule... la ville est ici
complètement assimilée au dragon).
— Pourquoi ? (Le dragon est le symbole de l’Extrême-Orient, Chine
et Japon. Noter l’emploi du déterminant «le» au lieu de «un»,
indéterminé).
— Traits caractéristiques du dragon qui se retrouvent dans la ville ?
(Onduler, se cabrer, s’enrouler, boulevards hérissés - comme le dos
du dragon).
— Figure de style employée par l’auteur ? Effet produit ?
(Animalisation, Hong Kong apparaît comme un animal vivant,
effrayant ; cf. «fête effrayante»).
2- Un tableau vivant et coloré
— Relever les mots (noms et verbes) qui expriment ou suggèrent le
mouvement
.
— Relever les mots (noms, verbes, adjectifs) qui expriment ou
évoquent des couleurs.
— Relever des mots (noms, verbes) qui expriment des bruits.
3- Une impression fi nale
Quelle image fi nale est évoquée par la ville ? (Le spectacle d’un plateau
de théâtre animé par des machinistes, décor d’une féerie).
NB : rapprocher du théâtre en No (chercher le sens dans le dictionnaire).
4- Points de langue :
La phrase énumérative
— Relever quelques phrases énumératives (1
er
et 2
er
et 2
er
e
§).
— Effet produit ? (Style alerte qui crée l’impression de mouvement).
-
18
-
Le Caire
1- Les caractères d’une lettre
— Quels détails le montrent (Le titre du recueil : correspondance,
l’origine et la date : Le Caire, 1850 - Un correspondant auquel
Flaubert s’adresse : « Qu’en dire ? Que voulez-vous que je vous
en écrive ? Ce détail vous saisit... Chercher dans le texte d’autre
marques).
2- Un pays : l’Egypte
— Une référence à l’histoire : citations ? (Egypte, terre des Pharaons,
terre des Ptolémées, patrie de Cléopâtre... Chercher ces noms dans
le dictionnaire).
— Une description caricaturale des habitants : par quels traits sont-ils
décrits (tête plus rasée qu’un genou, fumant dans de longues pipes
et buvant du café sur les divans.
3- Le Caire : une description pittoresque
— Quel passage lui est consacré ? Justifi er (à partir de «Tandis que
vous marchez le nez en l’air» - Note de l’auteur entre ( ) «Je parle
ici du Caire»).
— Une ville animée : relever dans le passage deux phrases énumératives
qui le montrent ; lister les verbes qui se succèdent.
— Une ville cosmopolite (chercher le mot dans le dictionnaire) :
A quoi le voit-on ? (Population variée «On voit à la fois...»).
4- Un étourdissement
— Quelle comparaison utilise l’auteur ? (...’jetais tout endormi dans
une symphonie de Beethoven) ; chercher dans le dictionnaire.
— Relever le champ lexical du bruit et le champ lexical des
couleurs.
-
19
-
L’INTERVIEW
Compétences visées
• Recueillir une ou des informations au moyen de l’interview :
— défi nir, avec précision, l’objet de l’interview,
— construire le questionnaire de l’interview,
— réaliser l’interview en tenant compte des paramètres situationnels
(qualité de l’interviewé, temps alloué à l’interview),
— consigner l’information recueillie (notes ou enregistrement),
— transcrire une interview.
Techniques d’expression
— Prendre des notes.
— Présenter ou se présenter par un curriculum vitae.
— Construire un questionnaire pour recueillir des informations.
L’INTERVIEW Indications pour le professeur
Le dossier sur l’interview comporte 4 phases (ou séquences).
1- Phase d’initiation
• A partir de deux interviews (un journaliste sportif, un écrivain).
• Il s’agit, à partir d’une comparaison des textes :
— de dégager la fonction de l’interview (recueillir des
informations),
— de caractériser l’interview en tant que situation de communication
(domaine de l’oral, situation en «face à face»...
— de mettre l’accent sur la nécessité d’une «gestion» rigoureuse
(objectif bien défi ni, questionnaire pertinent par rapport à
l’objectif, réalisation demandant du tact...)
2- Phase analytique
(d’approfondissement)
Les deux textes sont repris et traités pour en approfondir le sens et le
contenu, préciser davantage la notion et réaliser les autres apprentissages
du programme (étude de la langue et des techniques d’expression)
3- Phase d’élargissement
D’autres interviews sont proposées dans le livre : il s’agit d’examiner
pour chacune d’elles, le sujet de l’interview, la qualité de la personne
interviewée, la pertinence du questionnaire, l’effi cacité de l’interview (les
réponses donnent-elles les informations souhaitées ?)
4- Phase de production et d’évaluation
Préparation et réalisation d’une interview qui s’intégrera dans le projet
en cours.
-
20
-
Entretien et interview Indications pour le professeur
1- L’entretien
se caractérise par une hiérarchie entre les
interlocuteurs : celui qui dirige le dialogue par des questions doit porter
un jugement sur l’autre.
Dans
l’interview
, l’objectif n’est pas de porter un jugement, mais
d’obtenir une information claire.
2
-
L’interview
: les fonctions du langage mises en œuvre :

Fonction référentielle
: le questionnaire ordonné logiquement vise
à obtenir l’information souhaitée : il utilise les interrogations totales
et les interrogations partielles, les questions ouvertes, qui laissent
à l’interrogé l’initiative de la réponse, et les questions fermées (la
question s’accompagne de plusieurs réponses parmi lesquelles
l’interrogé doit choisir.)

Fonction métalinguistique
: le langage doit être adapté au
niveau socioculturel de l’interrogé pour que les questions soient
correctement interprétées.

Fonction impressive
: l’interrogé doit se sentir concerné par les
questions ; le questionneur doit se montrer attentif aux réactions de
son interlocuteur.

Fonction expressive
: Le questionneur doit montrer qu’il attache de
l’intérêt aux réponses du questionné.

Fonction phatique ou de contact
: le questionneur doit s’efforcer de
maintenir l’adhésion du questionné par une attitude bienveillante et
responsable.
-
21
-
Un fi lm sur l’exil...
1- L’interview :
un acte de communication :
— Qui parle à qui ? à quel sujet ?
2- Le sujet
— Dans quelle partie de l’interview est-il présenté ? (1
re
réponse)
— Quels en sont les thèmes ? (l’immigration, le confl it des générations,
l’itinéraire réussi d’un émigré, le problème du retour...)
— Quels thèmes habituels relatifs à l’émigration sont-ils évacués du
fi lm ? (racisme, ghetto, misère...)
3- Un itinéraire réussi
— Retracer l’itinéraire de Ali Gh.
— Sur quoi cet itinéraire est-il réussi ? (jusqu’à présent l’image
du maghrébin était celle de l’ouvrier de chantier ; «le mythe du
balayeur de rue»... § 5)
— Ali Gh. Est-il seulement cinéaste ? préciser et justifi er.
4- Point de langue
— Le journaliste utilise le terme « immigration ». Que signifi e-t-il par
rapport au terme habituellement utilisé ?
(chercher dans le dictionnaire
immigration
et
émigration
)
5- Enonciation
— Sous quelle forme le journaliste présente-t-il l’interview ?
(propos recueillis par K.S).
— Le fi lm réalisé par Ali Gh. est-il la seule raison de l’interview ?
justifi er la réponse ( présenter l’itinéraire réussi d’un homme : le
chapeau qui précède l’interview, la success strory d’un émigré).
— L’interview est-elle menée uniquement à l’aide de questions ?
Comment est-elle, chaque fois, relancée ? Justifi er la réponse.
6- Production
— Réaliser le questionnaire d’une interview pour établir le passé
scolaire des élèves de la classe (par groupes, ou bien chaque élèves
«interview» son voisin de table).
-
22
-
Le métier d’écrivain
1- Les contraintes de l’écriture
— Les résumer à deux contraintes principales (une constante
disponibilité incompatible avec un emploi du temps — un lieu
familier, Nice la ville natale de J.M. Le Clésio.)
— Moment le plus favorable pour écrire (le matin)
— Les autres moments ? (La nuit)
2- L’écriture : une délivrance
— Pourquoi une délivrance ? (Le besoin d’écrire, quelque chose qui
bouleverse et qui peut faire souffrir.)
— Un trait anecdotique qui le montre (J.M.Le Clésio prend des notes
sur des bouts de nappe, au café.)
3- L’inspiration
— Quelles sources ? (Scènes réellement vécues, scènes fournies par les
lectures, scènes imaginées),
— Quelles sources pour les romans «Procès-Verbal» et «Le livre des
fuites» ? (
1-
souvenir d’une maison abandonnée.
2-
le souvenir des
avions de l’aéroport de Nice).
4- Points de langue
— Combien de questions ont été posées à l’écrivain ?
— A quel style sont ces questions ?
— Reformuler ces questions, en une seule phrase, au style indirect.
(Revoir avec les élèves le discours rapporté si c’est nécessaire).
-
23
-
Entretien avec T.R .
1- L’itinéraire d’un journaliste sportif
(accepter reporter) :
— Retrouver les indices du texte qui permettent d’identifi er le métier
de la personne interviewée (fréquentation du monde de la radio
sportive qui a décidé de son futur métier- anime «Magazine Tiercé»
à Europe1 — fait des reportages — commente des matches de
football — fait des interviews dans le monde sportif)
— Constituer le champ lexical du sport.
2- Un métier diffi cile
— Comment T.R prépare-t-il ses reportages ? Qu’est-ce qui facilite les
reportages ? (les relations avec l’équipe.)
— Comment travaille-t-il un commentaire ? (En disant ce qu’il
ressent.)
— Pourquoi travaillent-ils à deux ? (Entendre la même voix est
lassant)
— Pourquoi l’interview est-elle diffi cile ? (Elle varie avec la personnalité
du sportif.)
3- Point de langue
— Nature des questions ouvertes ou fermées ? (Les questions sont
ouvertes et permettent au journaliste d’ajouter des commentaires
à sa réponse.)
4- Expression :
Vers le Curriculum Vitae (CV)
— Demander aux élèves de présenter oralement TR, en utilisant les
informations du texte.
-
24
-
Des lecteurs interrogent un auteur
1- L’interview :
une situation de communication
• Qui s’adresse à qui ? A quel sujet ? (Des écoliers, un écolier : dernière
intervention. — «Pour moi ...» —, observation de l’écrivain :
— «ce n’est pas comme un métier que l’on apprend à l’école» —, le
tutoiement (un élève — «tu sais»), le vouvoiement (les élèves : «vous
savez»).
• Combien de questions posées ? (Trois, la dernière intervention est
un commentaire de l’enfant suivi d’un commentaire de l’écrivain).
2- Comment on devient écrivain
• Une vocation ? (Ça ne serait jamais venu à l’esprit d’être écrivain).
• L’envie d’écrire : elle commence quand ? («Quand j’avais votre
âge »...)
• «Une affaire de famille» : pourquoi ? (Le mari et les enfants donnent
leur avis, discutent des fi ns possibles de l’histoire.)
3- But essentiel d’un livre :
Lequel ? (cf. dernière intervention de
l’élève)
4- Point de langue
• Phrases interrogatives : transformez les deux dernières questions
pour obtenir une interrogation avec inversion.
Infi nitif, mode et temps des verbes (
deviennent
écrivains,
fassent
la même chose... Subjonctif présent — après un verbe de volonté et de
souhait).
5- Expression
• Compléter l’interview par d’autres questions que l’on pourrait poser
à un écrivain.
-
25
-
Guillevic, qui êtes-vous ?
1- L’imagerie poétique
— A quel moment se fait-elle ? ( dans l’enfance).
— Guillevic choisit –il les thèmes de ses poésies ?
(non, mais il y a des thèmes qui obsèdent).
— Pourquoi certains thèmes obsèdent-ils ?
(pour des raisons géographiques, le lieu de naissance, le lieu où on
a vécu...).
2- L’écriture sur commande
— Est-ce qu’il arrive à Guillevic d’écrire sur commande ? Un
exemple ?
(un imprimeur lui a demandé vingt poèmes sur les racines).
3- L’inspiration
— En dehors des souvenirs, des thèmes qui obsèdent et des sujets sur
commande, qu’est-ce qui inspire Guillevic ?
4- Comparer l’expérience de Guillevic et de Le Clézio :
y a-t-il
un point commun ? (le lieu est important. L’inspiration vient aussi
des lectures).
5- Point de langue
— Un style proche de
l’oral
: relever quelques marques (les points
de suspension, des expressions « ça vient comme ça vient », «ça
m’arrive», «et je pars....».
— Transformer la dernière réponse en style
écrit
.
-
26
-
Les déportés algériens...
1- «Les témoins de la mémoire»
• Identité exilée : Justifi er l’expres​sion(résistants algériens envoyés
au bagne en Nouvelle Calédonie — d’autres à Cayenne — pendant
l’occupation française.) Chercher la Nouvelle Calédonie sur la carte.
• Pourquoi «mémoire» ? (Rappeler aux descendants de ces déportés
leur origine, leurs racines : cf. dernière intervention),
• Est-il facile de le faire ? (Ils sont rares ceux qui ont réussi un contact
avec leur famille : l’éloignement et le temps tuent cette relation).
2- La réalisation d’une œuvre
• Genre de l’œuvre réalisée par S.L. ? (Série documentaire),
• Comment le réalisateur a-il réussi sa documentation ? (Archives,
musées des prisons, rencontres avec des chercheurs et des
historiens),
• Comment commence la réalisation d’une série documentaire ? (Par
un synopsis : chercher le mot dans le dictionnaire).
3- L’interview :
une situation de communication
• Qui interroge qui ?
• Vraies et fausses questions ? (Ils revendiquent leurs racines... les
témoins de la mémoire, un travail pédagogique... :
transformer
en
transformer
en
transformer
vraies questions)
4- Grammaire
• Transformer les questions 1 et 2 en commençant par «comment
l’idée...», «Comment la rencontre...» (a-t-elle germée, s’est-elle
effectuée)
5- Expression
• Demander aux élèves d’imaginer une interview d’un descendant de
déporté en trois ou quatre questions.
-
27
-
Pollution : texte et co-texte
1- Texte :
origine
— Identifi cation, à partir d’indices, l’origine de cet extrait. (interview
réalisée par J. Denis Lempereur : cf. la question posée au début),
— Il s’agit d’un texte scientifi que : relever les termes qui le montrent).
A quelle science appartiennent-ils ? (à la chimie)
— «Nous ne passerons ici en revue que les produits les plus
dangereux».
• deux types de produits. Lesquels ? (insecticides organophosphorés
et les composés organiques à base de mercure),
• Qu’est-ce qui les différencie ? (les premiers agissent
immédiatement — foudroyants — les seconds agissent à long
terme, plus lentement),
— Puisqu’ils sont produits, à quels usages sont-ils destinés ? (lutte
contre les insectes, emploi dans l’agriculture.).
2- Le co-texte
— Reprend-il les informations du texte ou apporte-t-il d’autres
informations ?
— Dans ce dernier cas, lesquels ? (le parcours des produits chimiques
jusqu’à leur ingestion par l’homme).
3- Points de langue
— Comment sont formés les mots suivants :
Insecticide, organophosphoré, hydroxyde, subaquatique ?
— Donner leur sens à partir de leur composition.
-
28
-
Pollution
Indices
— Il s’agit d’un accident dans une raffi nerie :
• incendie (L 5), incendie (L 6), extinction du feu (L Cool, accident (L
16, L 20), désastre (L 26).
— Du mercure s’est déversé dans les eaux du Rhin (L 13, L 23).
— Régions touchées : Bâle- Campagne, en Suisse (L 10), Strasbourg,
en France (L 17).
— Les effets de l’incendie :
• émanations de soufre (L 1, L 2),
• risques de pluies acides (L 2)?
— A la pollution accidentelle, s’ajoute la pollution volontaire (L 23 à
26)
Production
— On pourra demander aux élèves de reconstituer l’événement et de le
raconter en ajoutant leurs commentaires sur la pollution volontaire
provoquée par des industriels peu scrupuleux.
-
29
-
Les activités, les métiers
Compétences visées
— Nommer, décrire des activités, des métiers en vue de les intégrer
dans la vie du village ou du quartier, dans le cadre de la réalisation
de la monographie.
— Utiliser l’anecdote (cf. Ingersham) pour « donner de la vie » à la
description.
— Orienter une description en adoptant un point de vue (cf. thème
précédent).
Techniques d’expression
Dessiner le plan de son village ou de son quartier comme travail
préalable à une description rédigée.
Ingersham (Jean Ray, La cité de l’indicible peur)
Le roman de Jean Ray, roman policier et roman d’épouvante
appartient à la littérature fantastique : dans la petite ville d’Ingersham
qui «ressemble davantage à un village des Flandres qu’à une villette du
Middlesex ou du Surrey», des événements effrayants vont se dérouler,
ramenant «des peurs ancestrales»
Pistes de travail possibles
1-
Il s’agit de mettre en valeur le caractère provincial de la ville
(maisons avec de petites fenêtres vertes tendues de mousseline,
épiceries éclairées au pétrole et même à la chandelle, cabarets avec
des plafonds bas...)
2-
La vie des habitants est suggérée par la présentation des activités
commerciales (mercerie, boucherie, boulangerie- pâtisserie...) et de
petites anecdotes (aux dires des mauvaises langues...).
3-
Un élément qui tranche avec la tranquille activité de commerce
ordinaire : «le commencement du parc sombre et humide de la
propriété de Sir Broody». Aux parcs souvent déserts la nuit, sont
attachées des connotations inquiétantes (c’est le lieu de méfaits de
crimes dans les romans policiers).
4-
Un plan de quartier dans une ville, point de départ de la description
de son propre quartier.
Le professeur choisira la piste ou les pistes qui lui paraissent les
plus appropriées pour une production orale ou écrite en évaluation
terminale.
-
30
-
Le boutiquier philosophe
1- Métier et vocation
— Quel métier exerce Brirouche ? Quelle est sa vocation ?
— «Il tient chaire et boutique» : pourquoi «chaire» ? (il «enseigne» sa
doctrine à une colonie de disciples qui gravitent autour de lui ; c’est
un maître à la façon des
anciens
). Qui sont désignés par le terme
«anciens» ? (vraisemblablement les philosophes grecs).
— En quoi consiste la doctrine philosophique de Brirouche (sagesse
au ras de terre codifi ée en formules concises).
— L’auteur se moque un peu de Brirouche : qu’est-ce qui le montre ?
(opposition entre «
haut vol
» et «
volaille
plutôt», limite des
prétentions philosophiques à une sagesse au «
ras de terre
»
renforçant le terme «
volaille
»).
2- La boutique
— Une petite boutique à l’entrée du village : relever les passages qui la
décrivent (magasin de quartier, méchant réduit, bauge de chacal).
— Le désordre de la boutique : quels termes le traduisent le mieux ?
(capharnaüm : chercher le mot dans le dictionnaire, bazar)
3- Brirouche sait mener ses affaires
— Comment attire-t-il les clients (avec sa doctrine) ?
— C’est peut-être un philosophe, mais pas un
rêveur
: qu’est-ce qui le
rêveur
:
qu’est-ce
qui
le
rêveur
montre ? (il fi t prospérer son affaire).
4- Le ton humoristique
— Relever quelques traits de l’humour de M. Ouary, et les expliquer (la
vocation, la boutique, l’homme).
-
31
-
Le travail à la chaîne
1- La chaîne
— Dans quel paragraphe est-elle le mieux décrite ? (le premier)
— Pourquoi l’appelle-t-on «travail à la chaîne» (chaque ouvrier
occupe un poste à la suite de l’autre et ne s’occupe que d’une seule
opération : cf. fi le d’ouvriers, les uns... d’autres... les troisièmes...
les quatrièmes...)
— Illustrer par quelques exemples.
— La chaîne n’attend pas : relever dans le texte les détails qui le
montrent (tous les détails relatifs au temps accordé à chacune des
opérations)
— La valeur du temps ; «**dix secondes...(§2) : explique la remarque
de l’auteur.
2- Le travail de l’ouvrier
— Il ne connaît pas l’automobile : pourquoi ?
— Un travail réduit à des gestes simples et précis : relever des
exemples. Caractériser cette forme de travail ( mécanique : cf. le
fi lm de Charlie Chaplin « les temps modernes »).
— Une critique à peine voilée : où apparaît-elle ? (dans la condition de
l’ouvrier, dans les trois dernières lignes du second paragraphe : «il
le fait des centaines, des milliers de fois... il ne fait que cela»).
— Un résumé caricatural du travail à la chaîne : relever le passage
des deux dernières phrases : «L’homme se penche... La chaîne s’en
va».
3- Description ou narration ?
— Quel temps est employé ? Pourquoi ? (le présent de l’indicatif :
description «narrativisée»).
— Caractériser les phrases (phrases courtes, énumératives, phrases
sans verbe...) Pourquoi ? (pour mieux exprimer la durée très courte
des opérations et la rapidité avec laquelle elles se succèdent).
-
32
-
Regroupement de textes
Texte 1 : Un métier qui vous rend indépendant
1- Un cri d’indignation
— Le texte commence par un échange : entre qui et qui ?
— Un ton indiqué : qu’est-ce qui le montre ?
— Pourquoi «Madame» s’indigne-t-elle ? (elle ne veut pas que son fi ls
soit artisan)
2- Les arguments de Rousseau
— Que reproche-t-il à la dame ? ( préférer un rang social)
— Que lui propose-t-il en échange ? ( l’élever à l’état d’homme)
— Comment justifi e-t-il sa proposition ?
— Les arguments de Rousseau :
• quel est le but de l’apprentissage d’un métier, selon
Rousseau (vaincre les préjugés) ?
• quelle recommandation sous forme de
maxime
fait-il ? (abaissez-
vous à l’état d’artisan pour être au-dessus du vôtre).
— Qu’est-ce qu’un vrai métier pour Rousseau ? (un métier manuel où
«les mains travaillent plus que la tête»).
Texte 2 : Emile apprendra un métier
1- Un thème de la philosophie rousseauiste
— Quel est l’intérêt du travail des mains ? (rapprocher de l’état de
nature).
2-
Que procure le métier d’artisan à l’inverse du laboureur (la liberté.
Nous sommes à l’époque où le paysan travaillait une terre qui ne lui
appartenait pas).
3-
Le travail du laboureur est-il conforme avec le métier de
l’agriculture
? Justifi er la réponse (éléments de réponse dans le
dernier paragraphe).
4-
Pourquoi Emile devra-t-il apprendre l’agriculture ? (pour cultiver
un héritage, celui de ses pères).
Synthèse :
Reconstituer l’ensemble de l’argumentation.
-
33
-
Projet n° 2
— Réalisation d’un dossier sur l’histoire et l’évolution des transports
en général, ou d’un transport en particulier (au choix, automobile,
avion ou bateau) pour montrer que le progrès technique a permis
de vaincre l’isolement des populations.
On utilisera la même démarche d’intégration des activités, des objets
d’étude, des notions et des techniques que dans le premier projet.
1- Lecture et exploitation du texte inducteur
— Le train de 14h 12, récit conçu comme une nouvelle de Rachid
Mimouni (La Ceinture de l’Ogresse).
2- Mise en place du projet
dans les mêmes conditions que le
premier projet.





توقيع : RONALDO





الأحد 21 سبتمبر - 21:59:05
المشاركة رقم:
كبار الشخصيات
كبار الشخصيات


إحصائيةالعضو

عدد المساهمات : 253
تاريخ التسجيل : 20/09/2014
مُساهمةموضوع: رد: F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


(Rachid Mimouni, La ceinture de l’Ogresse)
Indications pour le professeur
1- Le sujet
La disparition du train isole un village et l’oblige à retrouver des
réfl exes d’auto-suffi sance : les habitants redécouvrent l’économie
domestique traditionnelle. Un bien, peut-être ?
2- L’intérêt humain
L’histoire du village de Rachid Mimouni ressemble à l’histoire de
beaucoup de villages algériens désertés par le train qui les desservait. Le
train disparu, des vestiges et des souvenirs demeurent : gares désaffectées
dont on voit encore les quais, rails envahis par les herbes, souvenir chez
les anciens de la sirène du train qui arrive ou qui repart...
L’arrivée du train dans les zones reculées de notre pays a fasciné les
populations et inspiré nos «meddahs».
3- L’exploitation
Le passage du roman relatif au train a été recomposé pour prendre
la forme d’une nouvelle. Le projet donnera lieu à des enquêtes, des
interviews auprès des plus anciens du village.
Compte tenu de la longueur du récit, l’exploitation prendra la forme de
lectures suivies et dirigées, à partir desquelles on dégagera
la structure
narrative :
1-
une arrivée insolite,
2-
le projet d’aménagement de la voie ferrée,
3-
le refus des habitants,
4-
les conséquences de la disparition du train.
-
36
-
Gares : lecture d’un tableau indicateurs d’horaire
Il s’agit d’entraîner les élèves à la lecture d’un tableau à double entrée
pour rechercher une information :
a-
Lecture verticale pour situer la ligne de l’information dans le
tableau,
b-
Lecture horizontale pour retrouver l’information.
Cette lecture-recherche s’apparente à une recherche de coordonnées
d’un point en mathématiques, mais aussi à la lecture de tableaux de
données dans de nombreux domaines scientifi ques et statistiques.
La lecture et l’interprétations de tableaux à double entrée fait partie
des stratégies de lecture et sera pratiquée chaque fois que possible.
Les professeurs des matières scientifi ques et technologiques fourniront
des supports à la demande du professeur de français, et l’occasion
d’exercices de traduction de l’arabe vers le français.
Utiliser également des tableaux indicateurs de vols d’avion empruntés
à des écrans en langue française et en langue arabe.
-
37
-
Le caravansérail
1- La littérature exotique
— Quel mythe Daudet s’attendait-il à retrouver dans ce caravansérail
d’Algérie ? (l’Orient des Mille et une Nuits).
— Comment s’imaginait-il le caravansérail ? (images évoquées dans le
premier paragraphe).
— D’où vient son désenchantement ? (rechercher le sens de ce mot
dans le dictionnaire. Au lieu d’un caravansérail de rêve, l’auteur
découvre une banale auberge semblable aux auberges françaises).
— Quels services rend l’auberge de grands chemins et qui seraient
semblables aux services d’un caravansérail ? (auberge de rouliers-
expliquer ce terme-, relais de poste).
2- Une compensation à la désillusion
— La désillusion passée, Daudet trouve un motif de consolation :
lequel ? (le mélange de l’Orient des paysages — expliquer pastoral-
et le caractère occidental de l’auberge française).
— Retrouver l’expression qui synthétise ce mélange. ( le caravansérail
de M
me
Schontz : l’auberge est métamorphosée en caravansérail
sous l’effet de l’imagination de l’auteur.)
3- Une description à grands traits
— Quels détails caractéristiques l’auteur retient-il pour attribuer une
teinte orientale aux paysages ? (orient postal, champs de maïs,
rivière bordée de lauriers roses, coupole blanche de quelques vieux
tombeaux).
— Relever d’autres détails qui traduisent le mélange d’Orient et
d’Occident (les voyageurs de la diligence de Tlemcen).
4-
Une erreur géographique due à l’exotisme de la littérature de
l’époque : laquelle (extension de l’image de l’Orient à l’Algérie, pays
méditerranéen au Nord de la France).
-
38
-
La calèche
1- Un contre-temps
— Qu’est-ce qui a obligé l’auteur à prendre une calèche ? Chercher ce
mot dans la page «salon de l’hippomobile». (l’autocar ne vint).
— Peut-on supposer le lieu où se trouvait l’auteur ? (à la campagne
ou dans un petit bourg de campagne mal desservi par l’autocar.
Retrouver des indices dans le texte).
— Que s’est-il passé pendant la première partie du voyage en calèche ?
(l’auteur s’est endormi).
2- La halte
— Une halte qui ressemble à un rêve : pourquoi ? (paysage idyllique
personnages avenants qui lui remplirent l’âme d’un «inexprimable
bonheur» ; les voix ressemblaient à un murmure sans plus
d’importance que le bruit du vent).
— Un détail remarquable montre qu’il s’agit certainement d’un
rêve Lequel ? (... le cheval d’un seul bond s’élevait au-dessus
des collines... pour me déposer en une seconde avec mes valises
intactes...).
3- Le retour à la réalité
— Dans quel état d’esprit, l’auteur renoue-t-il avec la réalité ? Préciser
par des citations (dernière phrase).
— Quel est le mot principal qui différencie les deux situations, le rêve
de la réalité ? Justifi er (le mot «solitude»).
4- Point de langue
— Réécrire la phrase «Le cocher n’eut pas plus tôt levé son fouet...»,
en supprimant la négation. Rappeler l’expression de l’antériorité.
-
39
-
Les voyageurs de la diligence
1- Le réalisme de Maupassant :
une scène ancrée dans la réalité.
— Qu’est-ce qui crée l’impression de la réalité ? (les noms de lieux,
les noms des personnages — le parler paysan. Préciser par des
citations. Situer les lieux sur une carte.)
2- La diligence :
retrouver le sens dans le « salon de l’hippomobile ».
— La description du texte correspond-elle à l’image de la planche ?
Retrouver les détails identiques (les roues, le coffre, l’attelage)
— La description introduit des comparaisons. Lesquelles, (le coffre
enfl é comme un ventre de bête, carriole qui avait du monstre dans
sa structure — commente ces comparaisons : animalisation).
3- Un échantillon de la société campagnarde
— Dresser la liste des personnages avec leur statut social.
— Des portraits pittoresques : relier chaque personnage aux traits qui
le caractérisent le mieux (portrait physique, gestes, paroles)
— Des détails humoristiques accompagnent les portraits. En relever
quelques-uns (Rabot / à la façon d’un rat ; le curé / à la façon des
femmes qui retroussent leurs jupes ; Maît’ Caniveau / ....etc)
4- Point de langue
— Relever dans le texte le champ lexical de la diligence. Quelle
impression s’en dégage ? (diligence, voiture, carriole, guimbarde...
voiture en mauvais état, usée par les routes de campagne.)
-
40
-
Les débuts de l’automobile
Des pistes pour l’étude
1- La diligence à moteur
— Pourquoi cette appellation ?
— Ses performances.
2- Les protestations
— Dresser le champ lexical de la diligence à moteur et classer en
termes
dénotés
(termes neutres et objectifs) et
connotés
(termes
qui expriment une appréciation, un sentiment).
— Quel sentiment expriment les termes connotés ? (la crainte, la
peur :
hydres
qui terrifi aient les femmes, les enfants et les chevaux,
terrible machine)
.
— Pour quelles raisons l’automobile n’était-elle pas acceptée ? (la peur
qu’elle inspire, l’état des routes, mais aussi la concurrence qu’elle
faisait aux moyens de transports habituels)
— Par quels moyens légaux s’oppose-t-on à l’automobile ? (justifi er
par des citations).
De la terre à la lune :
des pistes pour l’étude
1- Un historique des moyens de transport
— Reconstituer l’historique à travers les moyens de transport utilisés.
— Comment est défi ni le projectile ?
2- Le véhicule de l’avenir
— Qu’est-ce qui le caractérise ? (la vitesse)
— Obtenir des vitesses plus grandes : par quels moyens ? (l’électricité
et la lumière probables agents mécaniques de l’avenir).
3- La réalité et la fi ction
— Aujourd’hui, où s’arrête la fi ction et où commence la réalité ?
— Pourquoi la distance est-elle un mot relatif ? relatif par rapport à
quoi ? (par rapport aux vitesses qu’on pourra obtenir).
-
41
-
L’aiguilleur
Ce texte est extrait du conte de Saint-Exupéry — chercher sa biographie
dans le dictionnaire —, Le Petit Prince.
Le Petit Prince est un enfant venu d’une autre planète, la plus petite
de l’univers. Il jette sur notre monde — la Terre est la septième planète
qu’il visite — un regard à la fois curieux et amusé. Ses propos sont teintés
d’une philosophie simple et naïve : il voit ce que l’adulte ne voit plus et
s’étonne ; et son étonnement surprend et force à la réfl exion.
«Les enfants seuls savent ce qu’ils cherchent... Ils perdent du temps
pour une poupée de chiffons, et elle devient très importante, et si on la
leur enlève, ils pleurent. Ils ont de la chance dit l’aiguilleur.»
Le professeur retrouvera dans le conte — à faire lire — d’autres
passages devenus des classiques : la rencontre avec la petite fl eur, la
rencontre avec le renard.
Pour ce texte la piste de travail consistera à analyser le raisonnement
simple et naïf du Petit Prince, sa logique qui ne s’encombre pas de détours
et la conclusion désabusée de l’aiguilleur : «ils ont de la chance.»
-
42
-
La lettre
(La lettre ouverte)
Compétences visées
1-
Organiser le contenu d’une information et la présenter oralement
ou par écrit.
2-
Exposer clairement un problème ou une idée dans une lettre
ouverte.
3-
Défendre avec conviction et en argumentant son point de vue pour
entraîner l’adhésion du destinataire de la lettre.
Techniques d’expression
— Prendre des notes à partir de l’oral, et à partir de l’écrit.
— Constituer une liste d’arguments et les organiser dans un plan.
— Ecrire une demande argumentée.
-
43
-
La lettre (La lettre ouverte) Indications pour les professeurs
Le dossier sur la lettre comporte 4 phases (ou séquences).
1- Phase d’initiation
Il s’agit d’examiner trois lettres au plan énonciatif et de comparer leur
mode de fonctionnement de ce point de vue :
• Qui s’adresse à qui ?
>
Destinateur et destinataire.
• Pour lui dire quoi ?
> Sujet traité.
• Dans quel but?
> Intention visée.
• Comment ?
> Stratégie de communication.
Il s’agira ensuite de dégager le caractère particulier de la lettre
ouverte en comparant les lettres de M
me
de Sévigné et de Montesquieu
à la lettre ouverte des jeunes de Bejaia (fonction, réaction attendue du
destinataire).
2- Phase analytique
(d’approfondissement)
Les mêmes textes sont repris sous la forme de lectures expliquées pour
approfondir la notion d’écriture et mettre en œuvre les autres objectifs du
programme (apprentissage de la langue et des techniques d’expression).
3- Phase d’élargissement.
Le livre propose d’autres textes qui seront traités, au choix, par le
professeur.
4- Phase de production et d’évaluation.
Mise en œuvre des acquis dans une tache intégrative en réponse à une
situation-problème. La production s’intégrera dans le projet en cours.
-
44
-
La lettre
Séquence 1

Initiation
Regroupement de trois textes :
• Un événement sensationnel, M
me
de Sévigné.
• Lettre XXIV Montesquieu.
• Sauvons le château de la Comtesse, lettre ouverte.
— Approche du sens (sujets traités), approche de la signifi cation
(intention et stratégies de l’auteur)
• Premier texte lu (joué) par le professeur.
• Second et troisième texte lus par les élèves.
Questions préalables pour guider la compréhension et dégager des
caractéristiques,
avec prise de notes :
• Retrouver le sujet, l’auteur et le destinataire, les indices de temps et
d’espace.
• Retrouver le support (le journal) pour le troisième texte.
• Retrouver les intentions et dégager l’objectif des lettres (une et deux:
informer donner des nouvelles- troisième : alerter l’opinion des
lectures par une lettre ouverte).
— Synthèse collective : dégager la fonction de la lettre ; différencier la
lettre familière (on écrit à un proche pour lui donner des nouvelles
ou pour l’informer) et la lettre ouverte destinée à des lecteurs pour
les alerter ou les prendre à témoin (argument pour donner du poids
à une plainte ou à une revendication).
-
45
-

Phase analytique (approfondissement)
Séquence 2
Pistes de travail
• La lettre de M
me
de Sévigné :
Il s’agit de faire ressortir
• Le caractère ludique (la lettre présente l’événement sous la forme
d’une devinette),
• La stratégie dilatoire pour entretenir le suspens et exacerber la
curiosité,
• Le caractère théâtral (le style se rapproche de l’oral. La lettre peut
être «jouée» comme une scène de théâtre).
• La lettre de Montesquieu :
On fera ressortir, que, malgré le ton amusé, la lettre reste une critique
sévère des mœurs des Parisiens, une critique sévère, d’une ironie
mordante.
Derrière les deux persans se cache en réalité un philosophe qui porte
un jugement sans concession sur les mœurs de ses contemporains.
• La lettre des jeunes de Bejaia :
On fera ressortir le caractère naïf et spontané de l’expression qui obéit
davantage à des «élans du cœur» qu’à la recherche d’effets stylistiques
(cf. la «cascade» des questions à la fi n de la lettre).
-
46
-
La lettre
séquence 2

Approche analytique
1. Un événement sensationnel, M
me
de Sévigné
— Retrouver les caractéristiques de la situation.
Auteur de la lettre ? Destinataire ? Sujet de la lettre ?
Lieu et date ? Chercher le nom de l’auteur dans le dictionnaire.
— Caractériser l’événement
• Procèdes utilisés : relever les adjectifs (accumulation)
• Effet souhaité par l’auteur : retrouver l’adjectif qui le traduit le
mieux (incroyable).
— Stratégie de l’auteur pour créer l’intérêt et le suspens :
• Forme ludique de la lettre (une devinette). Etudier le procédé
dilatoire (qui consiste à différer la réponse).
— Points de langue
• Enonciation : une mise en scène, comme s’il s’agissait d’une
conversation en «face à face». Etudier le jeu des pronoms personnels,
les temps des verbes (impératif présent), le jeu des questions et des
réponses (M
me
de Sévigné pose les questions et se substitue au
destinataire pour y répondre.
• Indications pour le professeur
Les premières lettres que vous allez lire sont adressées par Mme de
Sévigné à son cousin Emmanuel de Coulanges les 15, 19 et 24 décembre
1670. Elles racontent un événement qui défraie toutes les conversations :
Le mariage manqué de M
elle
Anne-Marie-Louise d’Orléans, duchesse
de Montpensier, cousine germaine de Louis XIV (son père, Gaston
d’Orléans, était frère de Louis XIII) avait joué un rôle important sous
la fronde en soutenant les révoltés. Tout à coup, à 43 ans, elle tomba
amoureuse de M
r
de Lauzun, âgé de 38 ans, et qui était de moindre
r
de
Lauzun,
âgé
de
38
ans,
et
qui
était
de
moindre
r
naissance et elle prétendit l’épouser.
-
47
-
Séquence 2
2- Lettre XXIV, Montesquieu
• Retrouver les caractéristiques de la situation. Auteur de la lettre ?
Destinataire ? Sujet de la lettre ? Lieu et dates ? Chercher le nom de
l’auteur dans le dictionnaire.
• Une peinture des mœurs des Parisiens : que leur est-il reproché ?
• Le regard amusé d’un étranger :
Une description caricaturale de Paris : retrouver le trait caractéristique
(une ville bâtie en l’air)
Une description caricaturale des Parisiens : relever trois expressions
qui caricaturent le comportement des Parisiens (je n’ai vu passer
personne ; ils courent ; ils volent).
• Une scène comique :
Relever la liste des désagréments infl igés à Rica.
Etudier le ton utilisé par Rica pour en parler (ironique et indigné).
• Une fi ction : les personnage sont imaginaires :
Retrouver l’intention de Montesquieu (dénoncer le comportement de
ses contemporains.)
• Point de langue
Enonciation : justifi er l’emploi du mode subjonctif dans le premier
paragraphe et du mode conditionnel dans le second et troisième
paragraphe.
-
48
-
Séquence 2
3- Sauvons le château de la Comtesse
• Retrouvez les caractéristiques de la lettre : Auteur de la lettre ?
Destinataire ? Sujet de la lettre ? Lieu et dates ?
• Une lettre ouverte :
Support ? (Le journal). Rubrique ? (Espace des lecteurs)
Quel est le véritable destinataire de la lettre ?
Pourquoi la lettre est –elle adressée au journal ?
(Prendre à témoin les lecteurs, alerter l’opinion publique).
• Une dégradation dénoncée :
L’accusation principale (une entreprise installée dans le château).
L’étendue des dégradations : comment est-elle mise en valeur ?
(opposition des termes bijou/trésor vs gourbi).
• Points de langue :
Enonciation : mode et temps du titre ? Comment l’interpréter ?
(
solidarité
avec les jeunes pour sauver le château).
L’appel à la conscience publique : comment est–elle exprimée ?
(Interrogation. «Pourquoi» répété cinq fois). Une question et en même
temps une proposition pour sauver le château. Laquelle ? (Faire du
château un musée).
Grammaire : étude de la structure de la phrase interrogative, à partir
des phrases du texte.
Vocabulaire
: retrouver le champ lexical du
vandalisme.
-
49
-
La lettre
séquence 3
Lettre de Jacqueline Held
• Retrouvez les caractéristiques de la situation :
Qui ? À qui ? À quel sujet ? Quand ? Où ?
• Le métier d’écrivain
Comment lui est venue cette vocation (maman, institutrice ; lisait
beaucoup de contes à sa fi lle ; lui a fait aimer la lecture).
Comment on écrit :
Jamais seul, en collaboration (J.Held écrit en collaboration avec son
mari, lui-même écrivain.)
Comment vient l’inspiration :
Par des lectures précédentes.
Par ce qui entoure l’écrivain (les personnes, les événements).
Par les livres qui ont existé avant.
• Une écrivaine en herbe :
Quand J. Held a-t-elle commencé à écrire des histoires ? (Quand
j’avais votre âge).
Son premier livre pour enfants.
Son titre ? à quel âge l’a-t-elle écrit ?
• Enonciation
Etude de l’amorce de la lettre.
> Réponse à une lettre écrite par les enfants d’une école (formule
d’introduction).
Le contenu : économie sur les questions posées par les enfants (elles
restent implicites parce qu’elles sont connues).
-
50
-
Malek Haddad : Constantine le...
Deux pistes de travail sont proposées :
1- Le passage d’un manuscrit à sa version imprimée et
publiable :
nous sommes en 1966, et les manuscrits sont
encore acceptés par les éditeurs. Aujourd’hui le «micro» offre des
possibilités inconnues à l’époque.
La première piste pourrait offrir l’occasion d’une présentation du
monde de l’édition ; on retrouvera, dans le texte, quelques étapes de
l’ébauche d’un roman.
— En quoi consiste l’avertissement technique dont parle M. Haddad ?
A propos de quel manuscrit ?
— Par quelle image l’illustre-t-il ?
2- La lettre, acte de communication
— Analyse de la situation de communication : qui écrit à qui ? quand ?
où ? à quel sujet ?
— Qualité de l’interlocuteur (Ethel Blum, une amie de Malek
Haddad, romancière sans doute car l’auteur lui parle de son métier
d’écrivain).
— C’est une lettre familière : à quels détails le voit-on ?
— Il n’y a plus d’appel, comme c’est l’habitude, au début de la lettre :
que peut-on supposer ?(habituellement les lettres commencent
par un appel, du type «mon cher ou ma chère ami(e)». On peut
supposer que Malek Haddad écrit fréquemment à Ethel Blum).
-
51
-
La lettre
séquence 3
Lettre au comte de Lastic
• Retrouvez les caractéristiques de la situation de communication :
Qui ? À qui ? À quel sujet ? Quand ?
• Comment lire cette lettre ?
§1 • Un exposé ironique des faits (Thérèse Levasseur dépossédée d’un
panier de provisions («le tout parvenu je ne sais comment dans
votre cuisine — après vous être moqué d’elle selon l’usage...»).
§2 • Le sarcasme : Rousseau se moque de son interlocuteur, le comte
de Lastic (J’ai taché de consoler la bonne femme affl igée, en lui
expliquant les règles du grand monde et de la grande éducation —
«Qu’elle est trop honorée qu’un comte ait mangé son beurre»).
§3 • Le comble de l’ironie : «La victime se propose de rembourser le
port du paquet».
• Enonciation :
• C’est une dénonciation toute en fi nesse : quel qualifi catif mérite le
geste du comte de Lastic ? (Vol d’une femme pauvre).
• Pourquoi Rousseau n’utilise-t-il pas ce qualifi catif ? (Il préfère la
raillerie, la moquerie bien plus effi cace que l’insulte).
• La lettre se termine par
etc
.
Quel sentiment se termine par la fi n inachevée de la lettre ?
(L’indignation, le mépris).
Point de langue
§1 : succession de subordonnées conjonctives par que.




توقيع : RONALDO





الأحد 21 سبتمبر - 22:00:12
المشاركة رقم:
كبار الشخصيات
كبار الشخصيات


إحصائيةالعضو

عدد المساهمات : 253
تاريخ التسجيل : 20/09/2014
مُساهمةموضوع: رد: F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


F r a n ç a i s 1 re année secondaire (Sciences - Technologie) G uide du Professeur uide du Professeur


La lettre
séquence 3
Contre la peine de mort, V. Hugo
• Retrouvez les caractéristiques de la situation :
Qui ? À qui ? À quel sujet ? Quand ?
• Un réquisitoire contre la peine de mort :
Quel exemple choisit V.Hugo pour dénoncer la peine de mort ?
(L’exécution d’une femme)
S’agit-il d’une femme en particulier ou d’une femme en général ? (Une
femme nommée ...qu’importe le nom).
• La stratégie du réquisitoire :
Comment V. Hugo introduit-il le sujet ? (Une question effrayante est
posée).
Pourquoi avoir choisi une femme (la question est plus sensible plus
révoltante).
• L’implicite du texte :
V. Hugo condamne-t-il la peine de mort seulement quand il s’agit d’une
femme ? (Il condamne la peine de mort d’une façon générale : «Fusiller
un homme (...) c’est dans l’ordre ; non dans l’ordre naturel mais dans
l’ordre social».)
Commenter ce dernier point de vue.
• Enonciation
Forme de réquisitoire : simulation d’un débat sous la forme de
questions et de réponses.
L’argumentation : le point fort (faire fusiller une femme par des
soldats innocents).
«Ne bouleversons pas les profonds instincts de l’homme».
Qu’est–ce que V. Hugo entend par là ? (L’homme est naturellement
bon — Reprendre le commentaire qui oppose l’ordre naturel à l’ordre
social.)
-
53
-
Les loisirs
Compétences visées
— Nommer et décrire des activités en relation avec les loisirs et le
tourisme.
— Donner un point de vue critique sur la politique des loisirs et du
tourisme dans notre pays (cf. texte de Morris Fox)
— Proposer des activités de loisirs (qui soient en même temps des
activités culturelles) pour l’établissement, le quartier ou le village)
Techniques d’expression
Décrire une activité touristique de loisir, ou une activité culturelle, et
en montrer l’importance sur le développement des individus.
-
54
-
Regroupement de textes
Des milliers de touristes... ; les touristes affluent... Le tourisme
mondial...
1- Le thème :
— Quel thème relie les deux textes ? ( le tourisme).
— Quelles sont les régions citées ? (Béchar, Beni-Abbès, Taghit,
Gourara, Djanet).
— Quelle est leur caractéristique commune ? (régions du sud).
— Situer ces régions sur une carte du pays.
— Quelles est l’origine des touristes ? (nationaux mais aussi
internationaux).
— Quelles activités offre chacune de ces régions pour attirer les
touristes ? (dresser la liste par région).
2- La politique touristique :
— Quelles sont les insuffisances en matière de tourisme ? justifier la
réponse (les capacités d’accueil — cf. Djanet).
3- Le tourisme est comme le feu :
— Qui est l’auteur du propos ? Quelle est sa qualité ? (Morris Fox,
sociologue — Chercher le sens dans le dictionnaire).
— Quelle image est utilisée pour illustrer ce propos (faire bouillir la
marmite / incendier la maison).
— Le tourisme est comme une marchandise qui se vend : Qu’offre le
tiers–monde ? Qu’attend-il de son offre ( 2
e
et 3
e
phrases).
4- Le tourisme mondial, un échec ?
— Qu’attendait-on du tourisme mondial ? (facteur de paix et
d’échanges moyen de compréhension entre les peuples).
— Pourquoi le tourisme mondial est-il considéré comme un échec ?
(dernier paragraphe).
5- Chercher «exotisme» dans le dictionnaire et comprendre
l’attrait qu’il exerce sur les touristes étrangers.
-
55
-
Regroupement de textes
Alain, Propos...l’avion et la planète...
1- Texte 1 :
— Alain ne comprend pas le comportement des vacanciers (§ 2) : quel
comportement incompréhensible dénonce-t-il ? (cf. paragraphe 1)
— Quelle image donne-t-il des gens qui parcourent le monde à toute
vitesse ? Quelle justification donne-t-il ? ( un torrent, quand on voit
les choses en courant, elles se ressemblent beaucoup)
— Où se trouve la vraie richesse des spectacles ? Comment y parvenir ?
(dans le détail, en regardant plusieurs fois de manière différente, en
s’arrêtant et en prenant le temps de regarder)
2- Texte 2 :
— Quelles propriétés de l’avion l’auteur met-il en opposition ?
(machine / instrument d’analyse).
— Laquelle de ces propriétés est particulièrement commentée dans le
texte ? (instrument d’analyse).
— L’auteur oppose l’avion à un autre moyen de découverte du monde :
lequel ? (les routes).
— Que reproche l’auteur à cet autre moyen de connaissance ?
Retrouver le passage qui le montre ( les routes, «ainsi trompés par
leurs inflexions....»).
— Qu’est-ce que l’auteur oppose aux inflexions des routes sinueuses ?
(la trajectoire rectiligne de l’avion).
— L’avion libère notre regard et notre jugement : quel passage le
montre particulièrement, (Affranchis désormais des servitudes...)
— En quoi le progrès que nous permet l’avion est-il cruel ?
3- Synthèse :
Les deux textes se rejoignent sur une idée commune : laquelle ?
(découvrir le vrai visage des choses, en prenant le temps de regarder
pour Alain, en prenant de l’attitude pour les analyser).
-
56
-
Regroupement de textes
L’homme a besoin d’évasion..., la machine libère l’homme..., la
mécanisation de la vie...
Il s’agit de construire à partir des trois textes, une problématique
autour de la mécanisation de la vie pour parvenir à la question formulée
dans le troisième texte : «Est-il souhaitable que le temps des loisirs soit
prolongé sans limites ?» Quels sont les avantages de la mécanisation ?
quels en sont les inconvénients ?
1- Texte 1 :
— A quoi est comparée la ville et qui pousse ses habitants à s’en
évader ? (univers concentrationniste).
— Quels sont les progrès qui permettent aux citadins de fuir la ville ?
(cf. dernier paragraphe).
— A quoi sont comparés les départs en vacances ? pourquoi ? ( à
des migrations – chercher ce mot dans le dictionnaire - caractère
massif et périodique ; rapprocher des migrations des oiseaux).
2- Texte 2 :
— Retrouver les principales étapes du perfectionnement de la
machine.
— Est-ce que ce perfectionnement est sans limites ? Qu’est-ce qui
sera toujours du domaine de l’humain ? (tâches automatiques à la
machine / tâches intellectuelles à l’homme).
— Retrouver dans le texte une phrase qui peut se substituer au titre
(dernière phrase).
3- Texte 3 :
— Quelle forme de mécanisation vise la civilisation américaine ?
— Quelle différence avec la mécanisation décrite dans le texte
précédent ? (mécanisation de la vie / partage des tâches dans le
texte précédent, remplacement de l’homme par la machine dans le
texte).
— Quels risques entraîneraient une mécanisation à outrance de la
vie ? (lister à partir du 3
e
paragraphe).
— Comparer les conclusions des deux derniers textes ; en quoi sont-
elles semblables ?
-
57
-
Projet n° 3
Réalisation d’un recueil de nouvelles par les groupes qui constituent
la classe. Ce projet a été choisi comme aboutissement de l’étude du récit
complexe (la nouvelle) après l’étude du fait divers.
Le fait divers
Compétences visées
— Reconnaître les traits caractéristiques du fait divers qui le
distinguent des autres écrits journalistiques.
— Analyser le fait divers d’un point de vue sémiotiques, et d’un point
de vue linguistique.
— Retrouver la ou les fonction(s) que lui assigne son auteur en
analysant les aspects énonciatifs (importance de l’événement
rapportée à l’importance qui lui est accordée dans le journal).
Techniques d’expression
— Relater un événement en s’en tenant à l’essentiel.
— Intégrer dans le récit d’un événement des témoignages sous la
forme de propos rapportés.
— Utiliser le style direct et le style indirect.
-




توقيع : RONALDO








الــرد الســـريـع
..



الذين يشاهدون محتوى الموضوع الآن : 20 ( الأعضاء 3 والزوار 17)



تعليمات المشاركة
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة


ََ

مواضيع ذات صلة

منتديات جواهر ستار  التعليمية

↑ Grab this Headline Animator

Submit Your Site To The Web's Top 50 Search Engines for Free! share xml version="1.0" encoding="UTF-8"